07120 BALAZUC
04.28.40.00.35
contact@museum-ardeche.fr

Dickinsonia – Le plus ancien animal connu

La découverte de molécules de cholestérol d’un demi-milliard d’années permet d’établir que Dickinsonia est l’un des premiers animaux connu au monde

Voilà près de 70 ans que les paléontologues étudient ces fossiles aux formes étranges datés de la fin du Précambrien (571 millions à 541 millions d’années).

Aujourd’hui la découverte de traces de cholestérol (une signature de la vie animale) sur un ensemble de fossiles bien conservés découverts en Russie près de la mer Blanche permet de préciser l’appartenance de ces étranges créatures.

Les fossiles publiés dans la revue Science du 21 septembre 2018 proviennent d’une falaise située sur les rives de la mer Blanche, dans le nord-ouest de la Russie, où, pendant 550 millions d’années, les roches ont échappé à la chaleur et à la pression pouvant anéantir les traces moléculaires. Les macrofossiles de l’Ediacarien sont aussi «étranges que la vie sur une autre planète» et ont échappé à la classification taxonomique, avec des interprétations allant des animaux marins ou des protistes unicellulaires géants aux lichens terrestres.

Dicksionia doit son nom aux collines Ediacara, situées à 650 km au nord d’Adélaïde en Australie. Les fossiles de ces organismes ont été découverts dans le monde entier et font partie des plus anciens organismes pluricellulaires complexes connus. Voilà près de 600 millions d’années, la Terre sort progressivement d’une longue période de glaciation (Cryogénien) la faune de l’Édiacarien se développe lors d’un événement appelé explosion d’Avalon, il y a 575 Ma. Cette faune disparut en grande partie simultanément avec l’apparition de la biodiversité Cambrienne, connue sous le nom d’explosion cambrienne avec les faunes de Chenyiang (Chine) et de Burgess (Canada).

Selon le paléontologue Douglas Erwin, du Musée national d’histoire naturelle de la Smithsonian Institution à Washington, ces traces chimiques «nous donnent une façon complètement différente de comprendre ce qui se passe. La présence de biomarqueurs lipidiques extraits de macrofossiles Ediacarien préservés organiquement clarifient sans ambiguïté leur phylogénie. Dickinsonia et ses proches produisaient uniquement des cholestérolides, une caractéristique des animaux. Nos résultats font de ces membres emblématiques de cette faune les plus anciens animaux macroscopiques connus à l’état fossile, indiquant que l’apparition de cette faune Ediacarienne était en effet un prélude à l’explosion cambrienne de la vie animale. »

Gordon Love, géochimiste à l’Université de Californie (UC) Riverside, indique «C’est un style de conservation organique très inhabituel. Nous ne nous attendions généralement pas à trouver ces films organiques, il y a donc quelques caractéristiques bizarres qui requièrent une évaluation plus poussée. » Pourtant, conclut-il, « Dickinsonia produisait le cholestérol – et était donc un animal. »

Comments are closed.

Le pass sanitaire n'est pas demandé 
l'accès au musée a été limité à 49 visiteurs,

Aussi, nous vous conseillons vivement la réservation de vos billets en ligne

Les visites guidées sont réalisées par groupes de moins de 30 participants.
Les ateliers en extérieurs sont également limités en nombre.

Le port du masque est obligatoire

Besoin d'aide pour réserver ?

En cas de difficultés pour réserver en ligne, nous pouvons vous assister par téléphone au 04 28 40 00 35 et valider la réservation à l'aide d'un paiement par carte bancaire.
Pour tout autre moyen de paiement, il vous faudra vous rendre en billetterie.
Les chèques vacances sont acceptés au Snack et en Boutique.